La photo commentée - 3ème édition


© J.J. Pailhas - Martinique - La Baleine

Pour cette troisième édition de la photo bio, nous vous proposons un animal mystérieux. Son nom en tout cas nous laisse perplexe. Il s’agit du gorgonocéphale. Voici un animal dont vous entendez souvent parler mais que beaucoup de plongeurs débutants ne voient jamais. Pourquoi ? Serais ce un animal mythique né de l’imagination de quelques plongeurs enivrés.
En fait, il existe bel et bien mais il ne se montre que la nuit.

Gorgonocéphale me direz vous, c’est forcément un cousin des gorgones. Ou alors, pour les hellénistes, une tête de Gorgone. Ce n’est rien de tout cela. Les gorgones sont des cnidaires comme les anémones ou les coraux. Les gorgonocéphales eux font partie de l’embranchement des échinodermes ; tout comme le concombre de mer, l’étoile de mer et l’oursin.

Notre photo montre l’espèce la plus répandue des gorgonocéphales dans la Caraïbe, l’astrophyton. Plus précisément, il s’git d’un astrophyton géant ou Astrophyton muricatum tel que vous pouvez l’observer la nuit. On le trouve dès la zone des 10 mètres.

Les plus proches cousins des gorgonéphales sont les ophiures.

Comme l’ophiure, l’astophyton se caractérise par un petit corps et de très long bras. La bouche, située au centre de la partie inférieure, s’ouvre sur l’estomac. La bouche et l'anus partagent d'ailleurs le même orifice.

Maintenant une question : à votre avis, combien de bras possèdent les astrophytons. Vous devez avoir la réponse. Comme les ophiures ou la plupart des étoiles de mer, ils ont 5 bras.

Chacun de ces bras se sépare en 2 branches principales qui donnent naissance à de multiples ramifications.
Très mobiles, ils permettent d’attraper la nourriture mais aussi de se déplacer et de s’aggriper.

Les gorgonocéphales sont microphages et suspensivores ; ils se nourrissent essentiellement de copépodes, des minuscules crustacés qui composent le plancton animal. Certains adultes peuvent attraper des petits poissons mais c’est plus rare.

La nuit ils grimpent au sommet des gorgones ou des éponges géantes (Xestospongia muta) et, tous bras déployés, attrapent leurs proies.
Ils profitent d’un phénomène nocturne : la remontée vers la surface du plancton animal.

Les gorgonocéphales sont des animaux sciaphiles , ils préfèrent l’obscurité ». L'éclairage d'une lampe de plongée, la lumière en général les fera se mettre en boule.

Voilà pourquoi dans la journée, vous ne pourrez observer l’astrophyton que recroquevillé sur lui-même dans une anfractuosité (proche des gorgones) ou dans les replis des éponges géantes (Xestospongia muta). Il forme alors une sorte de pelote emmêlée autour de ses bras.

Dans d'autres mers, vous rencontrerez le gorgonocéphale tete de méduse (Astroboa nuda) qui vit généralement au delà des 50 mètres.

Bizarrement, l’astrophyton a peu de prédateur. Pourtant, il aurait pu en profiter car comme pour les ophiures, ses bras sectionnés peuvent se régénérer.

A la prochaine et d’ici là, surveillez vos palmes et ne cassez rien.
 

J.M. Bertot / C. Hibade

Fichier - 1.8Mo

Étiquettes